Dolce Gusto : un Latte Macchiatto à fondre de plaisir

0
225 vues

Alors qu’est-ce que ce fameux Dolce Gusto ? C’est une machine à café à dosettes, comme il en existe beaucoup d’autres : Nespresso (de la même maison), Tassimo (pas disponible en Belgique), Senseo, Lavazza, Illy (système ESE) et encore quelques autres produits plus niches. Pourquoi Dolce Gusto ? Dolce Gusto est un produit de Nescafé, qui a déjà une très longue histoire derrière lui. Je vous renvoie à la page Wikipedia mais on en parle depuis un demi-siècle déjà ! Comme vous le savez, le concept Nespressoest un concept relativement haut de gamme. Certes les puristes de l’esspresso, les Italiens, auront beaucoup de mal à appeler cela un vrai esspresso et je ne leur donne pas tout à fait tord. Toutefois, le café qui sort de cette machine est assez fabuleux. Certes, les machines sont très (trop ?) chères, les cartouches également, mais chaque café est un véritable moment de détente et de dégustation. Mais nous ne sommes pas la pour parler du grand-frêre. Comme Nespresso couvre un ségment du marché assez réduit mais très haut de gamme, Nescafé voulait élargir sa portée sur le marché de masse. Cette stratégie a également été renforcée lorsque Philips a introduit le Senseo qui a été un succès immédiat. Les raisons sont assez simples : les dosettes (espèce de pochette en filtre avec du café dedans) sont vendues partout (grandes surfaces) et à des prix plus bas que le Nespresso. Je ne vais me lancer dans un débat sur le prix à la tasse. Si quelqu’un a envie de faire le comparatif, faites-le moi savoir. Donc Senseo arrive et boum, le marché de masse adopte massivement le café à dossettes. Un comble !  Réplique de Nescafé : Dolce Gusto.

Je ne sais pas exactement dans quel pays et en quelle année le Dolce Gusto a débarqué en premier. Je ferais des recherches plus approfondies. Le produit à tout de suite bien fonctionné. Pourquoi ? Superbe machine, café disponible partout (et oui Philips avait vu juste !), et surtout excellents breuvages à la sortie. Avec Dolce Gusto, vous pouvez préparer des espresso bien-sûr, des lungo, mais surtout, des Latte Macchiato, des Cappuccino et des Chocochino à vous en faire fondre de plaisir. Pourquoi, j’en suis arrivée à opter pour cette machine?

Big et moi buvions du Nespresso depuis… 6-7 ans. Avec l’arrivée de toutes ces machines avec préparation lactée, j’ai fais un rapide tour de l’offre. Je n’avais pas envie de mettre une fortune donc la Nespresso Latte, c’était hors de question. De plus, j’ai essayé le système en magasin et oh, la galère… Il faut garder le lait (du vrai lait) dans le frigo et le mettre dans la machine quand vous vous faites un café. Cela avait l’air laborieux, mais le prix de la machine était le vrai frein. Près de 400 EURO 🙁

Je continue mon analyse et après longue réflexion, je conclus que c’est Dolce Gusto qu’il nous faut. Euh, non Big, je ne raconterais pas l’histoire de l’achat rocambolesque 😉

Une fois rentrés chez nous, nous préparons la machine pour son premier usage et nous en sortons un cappuccino et un latte machiatto. La préparation est archi-simple. Les boissons lactées sont composées de 2 cartouches : 1 avec du café et l’autre avec du lait.

DGtassecap

Vous recevez dans l’emballage aussi 2 tasses : 1 Latte et 1 Cappuccino.

Il faut remplir le réservoir d’eau. Ca chauffe assez vite, 15 à 20 secondes.

DGcapsVous installez la première capsule à base de lait. Vous enclenchez la machine à l’aide d’un levier très simple à manipuler. Vous laissez couler le lait jusqu’à une certaine hauteur de la tasse (c’est explique dans la notice). Vous retirez la capsule et installez celle de café. Vous renouvelezl’opération jusqu’à ce que votre tasse soit remplie. Résultat : 2 café d’une esthétique impressionnante et dégageant un parfum fort agréable. Ca commence bien !
Nous nous installons dans le canapé. Et la, première constatation : le café est vraiment chaud… Oui, ça peut paraître bizarre, mais la Nespresso a tendance à donner du café peu chaud. Evidemment, la taille de la tasse par rapport au faible volume de café (Espresso) jouent un rôle évident. Mais tout de même, il y a une différence. Ensuite, nous commençons à boire et la, c’est l’extase. C’est vraiment très bon.

Chouette nous avons trouvé notre bonheur sans dépenser une fortune en plus ! Un bémol tout de même : 2 capsules par tasse, c’est de l’anti-écologie à l’état pure. J’ai un peu honte de contribuer à ce point à l’augmentation des déchets ménagers.   Le hic ? Nous l’avons achetée avant qu’elle ne soit lancée en Belgique, au début de l’été 2009. Ce qui signifie que pour obtenir les capsules, il fallait un peu s’organiser (petites courses chez Auchan à Ronq par exemple ;-)).

Au final, nous avons été extrêmement surpris mais surtout heureux de voir que Enfin Dolce Gusto était lancée en Belgique à la fin de l’été.

Siteretard

Ouf à nous les capsules.

Cependant, la ou c’est moins bien, c’est que le site Dolce Gusto, qui permet de commander des capsules en ligne, n’est toujours pas prêt ! L’échéance a déjà été repoussée une fois et la, la date est passée et le site ne bouge pas 🙁 Dommage. C’est un moins, mais cela ne veut pas dire que je n’aime plus ma machine.   Un dernier point : les pubs Dolce Gusto sont très vivantes. J’adore. De plus, Jamel Debbouze a fabriqués quelques publicités pour Dolce Gusto qui circulent sur Youtube.

 

Laisser un commentaire