Bravo Bart ! Tu es le meilleur… ou pas

7
175 vues

Ce qui suit est un coup de gueule totalement belge. Désolée pour les lectrices beauté et make-up. Mais il en va de l’avenir de mon doux pays !

Pour ceux qui souhaitent essayer de comprendre (attention, accrochez-vous car même nous les belges sommes largués), Bart DeWever est un homme politique du nord du pays (=Flandre). Celui-ci a obtenu, aux dernières élections, un score des plus élevés, faisant de lui, l’homme le plus plébiscité du pays. Jusque la, tout va bien. Sauf que mon ami Bart, n’est autre que le président d’un parti nationaliste flamand, la NVA. Attention, nationaliste n’est pas un terme très adapté dans ce cas, car la NVA ne prône certainement pas la nation Belgique, mais surtout la nation Flandre.

Et oui, la NVA officiellement souhaiterait voir attribuer à la Flandre, plus de compétences gouvernementales, qui sont aujourd’hui gérées par le gouvernement fédéral, qui lui, gouverne tout le pays. Officieusement, mais de plus en plus ouvertement, la NVA veut tout simplement l’indépendance de la Flandre et une gestion totalement autonome de sa région.

Au début, ce n’était que l’idéologie de quelques extrémistes qui se prenaient pour des spécialistes pour la cour des comptes en affirmant que la Flandre est appauvrie par la Wallonie. Malheureusement, au fil du temps, de plus en plus de gens « normaux » se sont alignés à cette idée cupide et estiment que la Flandre devrait être autonome. Si la Belgique doit mourir pour cela, et bien tant pis. Je ne vais pas m’étendre sur le rôle, voir le sort de Bruxelles dans tout cela. Évidemment comme Bruxelles est géographiquement situe en région Flamande, celle-ci est flamande. Sauf que Bruxelles est constituée à 90% de francophones (étude effectuée en 2010) et est entourée de nombreuses communes, flamandes administrativement, mais francophones dans la réalité quotidienne. Évidemment, toutes ces communes sont flamandes… pour les flamands.

Je n’arrive pas à croire que j’arrive à écrire tout cela sans m’énerver. Rien que la simple phrase « scission du pays » me faisait frissonner il n’y a même pas un an de cela. Aujourd’hui, je suis en train de me faire à cette idée saugrenue de scission du pays, même si je n’arrive pas à imaginer ce qui pourrait être fait de Bruxelles et des communes de la périphérie.

Ce qui me chagrine c’est qu’à la base, cette querelle, qui est déjà très ancienne, part de l’objectif des Flamands de protéger leur culture et langue flamande. Je ne vais pas la critiquer ici. J’ai grandi en Flandre, fait mes études en flamands et je suis donc flamande d’origine. La culture flamande m’a toujours rebutée, mais ça c’est une question de goût. On ne se refait pas. Pour ma part, je suis belge et je le serais tant que certains crétins le permettront…

Alors, je m’adresse à Bart :

Cher Bart,

Est-tu conscient de tes actes? Ces actes insensés qui mènent à la destruction d’un pays, pourtant prospère et florissant, ou il faisait bon vivre, ou deux peuples de culture différentes, arrivaient à co-exister en harmonie, jusqu’à ce que tu ne déboules avec tes idées d’enrichissement et d’appauvrissent de part et d’autre.

Sais-tu, cher Bart, que la culture belge existe ! Il y a de nombreux exemples d’entreprises belges qui sont basées sur la belgitude et qui comptent parmi leur personnel des gens talentueux des deux côtés du pays. 

Cher Bart, ta magique calculette a-t-elle déjà réfléchie au fait que « ta » population flamande vieillit très vite et aurait bientôt besoin d’argent venant de travailleurs jeunes ?

Enfin Bart, vas-tu enfin prendre conscience que Bruxelles ET sa périphérie est composée de gens qui sont francophones pour la plupart ?

Bart, arrêtes donc ces singeries et reprend (s’il t’en reste) tes esprit. Toutes ces discussions interminables, n’ont aucun sens à l’heure d’une Europe faites de nombreux états, aussi différents, les uns que les autres. Elles mettent à mal le fonctionnement du pays et font perdre du temps et de l’argent (cela devrait te parler ça non ?) à beaucoup de gens.

Alors Bart, tes convictions hitlériennes, ranges-le dans ton cerveau, pourtant bien rempli et essaies de jouer un rôle dans la nation Belgique. Si celles-ci ne te plait pas, déménages… Ce sera mieux pour tous le monde !

Je ne pense pas qu’il me lira. J’ai honte des fois d’être née flamande 🙁 Peut-être devrais-je lui traduire ma lettre ?

Vous en pensez quoi vous de toutes ces histoires ?

7 COMMENTS

  1. Il y a bien peu de réactions sur notre pauvre pays… Je suis Belge, j'ai 19 ans et je pense avoir plus de raison que nos hommes politiques. Il n'est pas faux que les Wallons font peut-être perdre de l'argent parce qu'ils sont un peu plus paresseux que les Flamands pour ce qui est du travail. Je pense qu'il y a un effort à faire des deux côtés : Eux doivent un peu plus s'intégrer dans la "Belgique" en tant qu'un pays uni. Et de leur côté, les Wallons doivent se remuer un peu en apprenant la langue flamande et en se bougeant un peu plus pour ce qui est du travail. Il faudrait pouvoir unifier la Belgique en faisant qu'on puisse s'exprimer dans les deux langues partout ! Que les panneaux et les papiers soient fait dans les deux langues partout. Bien sur, ça fera de la paperasse et ce serait perdre de l'argent, mais je crois qu'on en perdra bien plus si la Belgique se divisait. Et au moins, on aurait plus de conflit concernant Bruxelles. Je trouve ça idiot. On divise Bruxelles en deux et chacun sa part et les Wallons avec un couloir pour y accéder et que Bruxelles ne soit pas enclavée en territoire flamands.  

    • Pauline, merci beaucoup pour ton commentaire élaboré et tes propositions. Je suis à tout point d’accord avec toi. La Belgique est un pays à deux langues qui doit rester unis et ou les deux langues doivent être pratiquées et enseignées, que ce soit à Bastogne ou à Ostende. Par contre sur la division de Bruxelles, je suis plus partagée, sans mauvais jeu de mot. Bruxelles est unique et n’appartient à personne, sauf à la Belgique… Mais je suis bien d’accord que Bruxelles ne peut être enclavée. Les communes flamandes qui font la bordure sud de Bruxelles sont de toute façon des communes à facilités, peuplées de francophones… Ah quelle histoire. Tout ca au nom de la défense d’une culture…

  2.  @Pauline: je ne suis pas tout à fait d'accord avec ce que tu dis… Quand tu dis que les Wallons sont plus paresseux point de vue travail. C'est une généralité et une généralisation un peu abusive (ou alors un cliché usé depuis des années). Des gens qui travaillent dur, yen a des deux côtés de la frontière linguistique. Des glandeurs aussi. La mentalité n'est pas exactement la même, plus latine au sud, plus "germanique" au nord, mais des gens qui en veulent et qui bossent, yen a des deux côtés. Le problème, c'est que le profil économique est différent en Flandre et en Wallonie. On ne va pas faire un cours d'économie (d'ailleurs, je suis pas très spécialiste du truc), mais les deux régions ont des rythmes économiques différents. A une époque, la Wallonie "gagnait" (sidérurgie et mines prospères) tandis que la Flandre peinait (et les Flamands venaient s'installer en Wallonie pour trouver du boulot -> cfr le père Onkelinx, un pur Limbourgeois). A l'époque, l'élite flamande parlait français, laissant le flamand aux "bourrins" des campagnes (pour résumer la pensée, hein). Pendant la première Guerre mondiale, un gros sentiment d'injustice (et un nationalisme flamand) est né car les soldats flamands avaient l'impression de fournir de la chair à canon pour leurs officiers francophones. Une partie du problème vient de là (d'après les historiens). Après la 2e Guerre Mondiale, l'industrie wallonne n'a pas réussi à se reconvertir: les mines ont fermé, la sidérurgie a vivoté, tandis que la Flandre s'ouvrait à l'industrie automobile, notamment. La Flandre qui gagne et la Wallonie qui courbe le dos. Aujourd'hui, on vit peut-être la fin d'un cycle: la prospérité arrogante de la Flandre. Comme dit si bien FashionGeekette, la Flandre a une population vieillissante. Et des usines qui ferment. Des chômeurs, yen aurai malheureusement aussi du côté flamand. Et des gens qui parlent bien le néerlandais, yen a de plus en plus du côté francophone. Et même proportionnellement plus que des Flamands qui maîtrisent vraiment le française (on en reparle dans 5 ou dix ans). Pardon pour cette tartine, mais je crois vraiment qu'il faut se départir des clichés Wallon paresseux/Flamand méritant. La réalité est beaucoup plus nuancée que ça, et ces nuances font certainement partie des difficultés à trancher le problème. 

    • Merci beaucoup Sophie. Tu as apporté beaucoup d’éléments qui sont vraiment utiles à la compréhension de ce débât. Je suis totalement en ligne par rapport à ton analyse de fin de cycle. Comme tu le soulignes, nous y sommes (ou presque) et les choses s’équilibrent d’un côté comme de l’autre. Les clichés wallons ont la dent dure et les médias n’y aident pas. Quand on regarde certaines émissions à la télé (RTL-TVI) et qu’on voit un reportage sur des agents de police obligés d’aller rappeler à l’ordre des fraudeurs à la sécu, on nage en plein dedans. Et malheureusement, ce n’est pas ça la réalité wallonne. De même, on trouvera également en flandre ce type de fraude. Simplement, elle ne sera pas mise en évidence par les médias.

Laisser un commentaire