Ces petits jeux auxquels on s’accroche sans trop savoir pourquoi…

13
115 vues

Aujourd’hui je vais vous parler d’un passe-temps qui ne peut pas être qualifié de loisir mais vraiment de tue-temps. De quoi s’agit-il ? Des petits jeux flash proposés sur Facebook. Vous connaissez probablement tous Farmville ? Mais, oui, ce petit jeu anodin qui consiste à créer sa propre ferme : planter des carottes, les récolter en temps et en heure, élever des animaux, etc. Ça c’était au début. Ensuite, le jeu évolue avec des rajouts et des thématiques assez invraisemblables. Zynga, créateur de ce jeu, et de nombreux autres depuis connaît un succès fulgurant avec ce genre de produits. Selon mes recherches, il y aurait plus de 27 millions de personnes dans le monde à jouer quotidiennement à Farmville… Vous imaginez un peu ?

Ces petits jeux anodins ne le sont pas tant que ça. En effet, derrière chaque production se cache un vrai modèle financier qui, je pense, doit rapporter pas mal d’argent à ses éditeurs, ainsi qu’à Facebook évidemment. Mais comment font-il pour gagner de l’argent avec des jeux gratuits ?

Ces jeux sont effectivement entièrement gratuits. Il ne faut pas payer pour commencer à y jouer, ni pour évoluer. Sauf que, au fil du jeu, vous allez vous rendre compte qu’on ne va pas vous faciliter la tache si vous choisissez la voie du « tout gratuit ». En effet, dans ce genre de jeu vous avez besoin d’énergie pour continuer à évoluer, à jouer, à poser vos actions. Chaque jour, une certaine dose d’énergie vous est attribuée. Si la réserve est épuisée, le jeu est momentanément immobilisé… à moins d’acheter de l’énergie. Et c’est la que l’aspect financier entre en jeu et surtout l’aspect sournois de ces jeux. Vous êtes à quelques points d’XP (expérience) d’arriver à votre prochain niveau et donc de dépasser votre collègue, mais voila, plus d’énergie… Il faut savoir qu’il faut attendre en moyenne 4 minutes pour qu’une dose d’énergie se régénère. Et avec une dose, on ne va pas bien loin… Si vous n’investissez donc pas dans l’achat d’énergie, votre partie risque donc de durer fort longtemps et d’être particulièrement frustrante.

On vous demande du cash aussi pour d’autres choses : l’achat d’objets spéciaux, de bâtiments, d’engins, d’animaux uniques, etc. Comme des objets collector. Et la, on touche à la corde sensible de tous ceux et celles qui veulent avoir la ferme la plus originale, le zoo le plus exclusif, la ville la plus performante,… etc.

Les sommes d’argent à investir peuvent être très variables : vous pouvez mettre quelques euros (5 EUR), mais pour acheter beaucoup de Zynga dollars, vous pouvez mettre plusieurs centaines de dollars ! Une vraie folie. Ensuite on paye par carte de crédit et même par Paypal.

Un dernier aspect à mentionner afin d’être complète dans mon analyse, c’est l’aspect communautaire et l’insistance du jeu à demander à ses amis de vous rejoindre dans le jeu. Car si vous avez X amis qui jouent, vous pourrez construire une plus belle maison, planter une nouvelle sorte de légume ou obtenir des doses d’énergie plus importante. Donc on est quasiment obligé de spammer son carnet d’adresse afin de leur demander de venir aider à faire grandir la ville…

J’avoue, je joue à ces jeux. C’est une mauvaise habitude que j’ai prise après la naissance de Pitchoun. Étant souvent coincée à ne rien faire dans le salon, je m’occupais avec mon ordinateur portable, je feuilletais ma page Facebook et d’annonce en pub, je me suis retrouvée sur Farmville. J’ai jamais trop accroché. C’est marrant mais sans plus. Certaines personnes parmi mes contacts sont de vrais champions de ce jeu mais pas mois. J’ai d’ailleurs consacré un article à Farmville, il y a un an de cela : http://www.fashiongeekette.com/?p=80

J’avais délaissé ces jeux pendant tout un temps et puis, boum, je ne sais pas comment, je me suis retrouvée à jouer à Cityville. Nostalgique, sans doute, des heures passées sur de vraies jeux de citybuilding, il y a fort fort longtemps. Et puis voila, j’y joue toujours. J’étais la première de mon groupe d’ami, jusqu’à il y a quelques jours. Et la, j’ai envie de relaisser tomber, car ces jeux sont idiots et futiles. Vraiment futiles… Hélas, cette après-midi, sous l’excuse de « recherches » pour mon article, j’ai tenté d’autres créations. Cette fois-ci j’ai délaissée Zynga pour aller voir ce que proposait Ubisoft et je n’ai pas été déçue. J’ai découvert CSI, les Experts en français. Et c’est très rigolo. Mais le principe reste toujours le même… Effectuer des actions qui coûtent chacune 1 point d’énergie et une réserve d’énergie tellement limitée qu’on est vite frustré de ne pas pouvoir continuer.

J’ai aussi joué à Frontierville que je trouvais sympa mais qui est devenu trop compliqué, comme Farmville. Restaurant City fut longtemps mon préféré. Tout ça, ce sont des jeux Zynga.

En conclusion, je dirais que ces jeux peuvent être rigolos. Par contre, l’obstination des éditeurs à les rendre rentable commence à peser très lourd dans la balance et on en a vite marre d’être frustré. Je ne sais bien combien les éditeurs ou même Facebook gagne, mais quand je vois dans les créations de mes amis, des objets uniquement achetables par le biais de la monnaie du jeu, je me dis qu’ils ont de très beaux jours devant eux.

Et vous chers lecteurs, vous arrive-t-il de jouer à ce genre de jeux ? Vous aimez, vous détestez ou vous êtes totalement indifférent ?

SHARE
Previous articleMes kilos, mon régime et moi
Next articleDu bling sur mes ongles
Quadra et j'aime ça, parce que les quadra c'est le pouvoir - Bruxelloise - Addict aux produits de beauté - Passionnée de mode - Amoureuse de son Big et de sa Pitchoun

13 COMMENTS

  1. Ha c’est dingue ! Je voulais faire un article sur les jeux débiles auquel je joue aussi x)
    Sauf que je ne voulais pas parler de l’aspect financier, étant donné que je ne paie jamais rien avec de l’argent « réel »

  2. Je passe moi aussi pas mal de temps sur ces petits jeux. Du moins je passais jusqu’à ce que l’école bloque l’accès à Facebook 😉 Leur système de boutique ne m’intéresse pas du tout et je trouve vraiment abusé moi aussi que l’avancée dans les jeux devienne très difficile au bout d’un moment, à moins d’avoir 150 amis ou plein d’argent à jeter par les fenêtres… Du coup, tout comme Maman Bobo, quand je bloque, je change de jeu, le choix de manque pas !

    Si vous n’avez pas regardé Capital dimanche dernier sur M6, sachez qu’un reportage parlant de Zynga est passé. Ils se font une base de données énormes en récupérant les informations de notre profil (vu qu’on les a autorisé à le faire en commençant à jouer). Du coup ils peuvent se faire plein d’argent en proposant de la publicité ciblée à des annonceurs, en plus de gagner plein d’argent avec la boutique…

  3. Cityville, c’est le mal. Une amie m’a demandé de devenir sa voisine et bim, je suis tombée dedans. C’est le mal parce que c’est franchement addictif, la barre d’énergie étant restreinte, on revient toujours pour fini ce qui est commencé. Donc je me suis imposée une période de sevrage xD J’ai eu une période Cupcake Corner aussi, mais trop redondant, ça devient vite ennuyeux…

    • Euh oui… je ne sais pas trop quoi te répondre la… Essaye de contacter le support de Zynga peut-être ou mets à jour ton plugin Java ?

Laisser un commentaire