Dura Lex sed Lex…

6
198 vues

La loi est dure mais c’est la loi. C’est avec cette allocution latine que je souhaite vous parler aujourd’hui de la très probable libération conditionnelle ou anticipée (je ne connais pas le terme exacte) de Michelle Martin, l’ex-épouse de Marc Dutroux. Tous le monde se souvient de leur histoire et surtout des atrocités que ces deux personnes ont commises. C’était en Juin 1995, Julie et Melissa avait été enlevées à Grâce-Hollogne. Ensuite, c’était au tour de An Marchal et de Eefje Lambrecks de tomber entres les mains de ces criminels. Elles ont été kidnappées à la cote belge. En 1996 Dutroux, sa femme ainsi que leur complices furent arrêtés. Mais il était trop tard, les 4 jeunes filles étaient mortes. Dans ce malheur, 2 autres victimes, furent-elles retrouvées vivantes : Sabine et Laetitia. Vivantes, mais marquées à vie, des sévices qu’elles ont subies. Marc Dutroux et Michelle Martin ont étés jugés et condamnés à des peines de prison en Juin 2004. Marc Dutroux a été condamné à la perpétuité et à une mise à disposition du gouvernement pendant 10 ans. Autant dire qu’il n’est pas sure qu’il sorte un jour. Michelle Martin, elle, a été condamnée à 30 ans de réclusion. Et c’est la que les effets de la loi rentre en action.

Je ne me prétend aucunement qualifiée pour parler de la loi. Je l’ai étudiée brièvement à l’université et je n’en ai pas fait mon métier. Je ne suis donc pas du tout spécialiste. Ce que je souhaite transmettre ici c’est mon sentiment de citoyenne et d’être humain. La loi dit que qu’un condamné peut demander une libération conditionnelle après avoir effectué les 2/3 de sa peine, voir à la moitié déjà, sous conditions. C’est ce qu’il s’est passé ici. Les avocats de Michelle Martin on déjà demandée cette libération à 3 reprises. Cette fois-ci c’était la 4ème et le tribunal d’application des peines a du estimer que les conditions étaient remplies car elle a remis un avis favorable.

Je me mets à la place des victimes, de leurs familles et je n’ose imaginer leur ressentiment. Cette femme qui a honteusement contribué à la mort de ces jeunes filles sera libérée dans les prochaines heures et pourra reprendre sa vie… C’est très dure, mais c’est la loi. Si la loi n’était pas respectée, il n’y aurait plus de justice et la société serait gravement mise en danger. La loi, c’est sacré. Oh, je ne parle pas de la vilaine pervenche qui s’empresse de me coller un PV si j’oublie de mettre quelques piécettes dans un horodateur, ça c’est de l’extorsion de fonds légalisée ça. Non, la loi, c’est quand les crimes sont punis à juste titre. La loi, c’est quand on commet une erreur, qu’on est punis mais qu’on puisse recevoir une deuxième chance aussi. Dans ce cas-ci, la chose que l’on puisse regretter c’est la durée de sa peine peut-être : 30 ans, est-ce suffisant quand on sait qu’au bout de 15 ans elle peut sortir, parceque c’est la loi qui le dit ?

Alors revient sur table le débat sur les peines incompressibles. Débat que je trouve très juste. Car au final à quoi bon condamner quelqu’un à 20 ans si on sait qu’il peut sortir au bout de dix… Avoir un système de loi efficace est la la chose la plus cruciale pour une société de démocratie. Et je pense que ce système existe. Par contre, adapter les mesures appliquées à la gravité des faits, y’a du boulot. Un escroc peut prendre 5 ans. Un gras ivre qui renverse une petite fille en voiture aussi… La dame qui a renversée une petite fille a vélo avec sa voiture sans permis, elle ne sera même pas inquiétée. Tout au plus, elle devra expliquer les circonstances de l’accident devant un tribunal de police…

Donc, oui, j’estime que la loi doit être respectée, aussi mal que cela puisse faire. Parfois, il faut tirer un trait et aller de l’avant. Mais la, la plaie était encore énorme et j’ai du mal à imaginer ce que doivent ressentir les victimes, qui elles n’ont pas droit à une deuxième chance.

La loi est dure mais c’est la loi.

Et vous, que pensez-vous de cette décision ?

6 COMMENTS

  1. ce qui me dérange surtout dans cette libération c’est que c’est nous, citoyens, qui allons payer ses allocations (je sais bien qu’on paye aussi pour nourrir les prisonniers mais bon, ça à la limite je trouve ça normal). parce que je ne pense pas qu’elle pourrait trouver un boulot, à moins de quitter le pays. j’ai entendu à la radio qu’elle pensait à se retirer dans un couvent à sa sortie (qui n’est plus aussi sûre aujourd’hui apparemment), ce serait une bonne solution pour le bien de tous. elle resterait enfermée sans possibilité de faire du mal.

    • Tout à fait d’accord avec toi Annick. Les citoyens honnêtes payent les conneries des autres. Partout et tous le temps. A ce niveau-la, le système doit être réformé. Après, souvent, ces criminels ne sont pas solvables… Chose que j’ai du mal à comprendre d’ailleurs quand on voit que Dutroux possédait plusieurs maisons…

  2. Sincérement, je trouve que les peines sont souvent inadaptées, dans les 2 sens. Et là, dans le cas de l’affaire Dutroux, mon Dieu, je pense aux parents de ces enfants et oui je trouve ça tellement incroyable que cette femme soit libérée !
    Les victimes, elles, enfants et parents, ont pris perpétuité ! Comment vivre après cela… Je n’ai pas les mots je trouve ça tellement impensable, inhumain. C’est pas juste.

    • Hello LaFééDuLac, merci de ta contribution. Tu as bien souligné le problème : la peine était totalement inadaptée. Aucune peine ne pourrait compenser la douleur de la perte d’un être cher, mais mettre 30 ans alors que par définition, on sait que la personne peut sortir après 15 ans, c’est impensable. C’est la que le système est mal fichu !

  3. En tant que personne on est déjà choqué mais en tant que parents je pense que c’est pire…J’imagine la douleur des parents des victimes, elle a pris ce qui leur était le plus cher au monde et après une dizaine d’années elle recommence sa vie « presque » comme si de rien n’était…Mais eux auront toujours cette perte, ce malheur, cette douleur en eux…Pour moi elle méritait la perpétuité!

    • Absolument d’accord Laurence. Elle devait recevoir la même peine que Dutroux et rien de moins. Avec la même peine de sureté.

Laisser un commentaire