Après les Chokotoff, c’est Delvaux…

0
184 vues

Après les chocolatiers, le brasseur, cette fois-ci c’est le célèbre maroquinier Delvaux qui passe en mains étrangères. En effet, Delvaux était à la recherche d’un partenariat avec des groupes d’investissement afin de faire progresser son développement. Voila, c’est chose faite. Sauf que… je ne qualifierais pas le fait qu’un investisseur Chinois prenne une part majoritaire dans le capital du groupe, « un partenariat ». Ça sent le rachat pure et simple. Par des Chinois en plus… Je n’ai rien contre ces gens-la mais ce sont les rois de la copie. L’exemple des faux Apple Store en est encore un fabuleuse illustration.

Voila que maintenant, ils reprennent Delvaux. J’avoue, je suis assez dépitée. Quand on sait que la marque avait un superbe atelier artisanal à Bruxelles et que tout était fait main… Oh, je suis bien consciente du fait que le fait main a un coût que le consommateur n’est plus vraiment disposé à payer. Et que donc, la fabrication dans des pays ou la main d’oeuvre est nettement moins chère est un besoin économique pour faire survivre une marque, même de prestige. Mais tout de même. Qui dit capital et majorité, dit aussi stratégie commerciale et décisions importantes par rapport aux produits lancés et la, j’ai peur. Car Delvaux, c’est quand-même du belge, du beau belge, du belge authentique. Ne disait-on pas : « si tu n’as pas ton Delvaux à 30 ans, tu as raté ta vie ?  » Pour info, je ne l’ai pas eu et me porte bien merci. Mais c’est pour illustrer l’importance et le prestige de la marque en Belgique et dans le monde. Delvaux est à la Belgique ce que Vuitton est à la France.

Et vous, cela vous choque que Delvaux soit dirigée par des Chinois ? Vous connaissez la marque ? Vous l’appréciez ?

Laisser un commentaire