Samedi matin, le roi, la reine et les p’tits princes…

2
122 vues

Lors de nos vacances en Espagne, après une douce journée de farniente, nous prenons des nouvelles du pays et la, je découvre avec stupeur l’annonce de l’abdication du roi Albert. Et bien ça alors. Le roi des belges qui abdique, tout simplement parce que l’homme est vieux et a envie d’arrêter. On peut difficilement ne pas le comprendre. L’homme aura bientôt 80 ans. Je pense que malgré la fonction, à cet âge avancé, on peut prétendre à une retraite bien méritée. On peut débattre sur la « pénibilité » du job de souverain ou sur l’engagement en vie. Pour moi, c’est une signe d’ouverture et de modernité d’abdiquer. Ce n’est pas non plus comme s’il fuyait à ses obligations. Son fils, Philippe est prêt… paraît-il.

Quand on regarde en arrière, l’opération est merveilleusement bien ficelée. Depuis des mois, on nous parle de possible abdication. Les médias se sont lancées dans de nombreuses analyses, de prise de sondage auprès de la population, d’organisation de débats, d’interviews, etc. Le Palais a eu le temps pour 1) prendre la température 2) préparer la population au changement de couronne.

Après l’annonce, encore des sondages, des débats, des interviews, mais évidemment, beaucoup moins nombreux qu’en dehors de la période des grandes vacances. La date ne serait donc pas le fruit du hasard ? J’avoue, je n’ai pas tout suivi depuis l’Espagne. Mais il m’a semblé que l’attention médiatique était plus modérée qu’elle ne l’aurait été … en Septembre par exemple. Et c’est tant mieux.

Après l’annonce, les joyeuses sorties ou la ferveur de la population envers le souverain a été très clairement démontrée. Et puis, ce fameux 21 Juillet. Nous sommes revenus juste à temps d’ailleurs.

Nous avons suivi l’abdication devant notre poste de télé. J’avoue, j’étais très émue. Je suis très royaliste. Pour moi, ces gens-la sont sacrés, même si je ne cautionne pas toujours ce qu’ils font. Ils représentent l’unité de notre pays et vous le savez, j’y tiens à mon beau pays ! Et un roi qui abdique ou un changement de souverain, ce n’est pas tous les jours que l’on vie cela. Pas certaine d’être encore la pour le prochain switch. Mais revenons-en à la cérémonie. J’ai été touchée par le discours du Roi Albert et surtout subjuguée par son « gros kiss » à la Reine Paola. Quel homme ! Et puis de regarder la Princesse/Reine Mathilde regarder son beau-père avec autant de tendresse. C’était chouette à regarder. Pour ma part, la sincérité était au rendez-vous. Mais peut-être pas pour tous les membres de la famille des « de Belgique ».

La suite fut beaucoup plus ennuyeuse : de long et mielleux éloges à l’encontre du roi, du gouvernement, du premier ministre, de miss Belgique, de la météo, des chocolats Marcolini, de la Kriek,… oups je m’égare. Bref, la suite fut barbante. Jusqu’au moment ou notre nouveau Roi a du prêter serment.

Lors de l’arrivée du Prince/Roi Philippe, j’ai été frappée par l’annonce faite lorsqu’il a pénétré dans la salle du Parlement : « Le roi, de koning, der König ». « Mais l’homme n’a pas encore prêté serment ? » me suis-je dit. Mais bon, soit, passons… Et puis est venue la prestation de serment tant attendue. Le pauvre homme. Je n’aurais pas voulu être à sa place. La terre entière (ou presque) le scrutait en quête de la moindre anicroche. Et je ne parle même pas des idiots de nationalistes flamands, dont je craignais de possibles indélicates exclamations républicaines. Il n’en fut rien. Le Prince Philippe a été magistralement juste. S’en est suivi un discours d’ouverture et de modernité. L’homme m’a épaté et est du coup devenu… mon nouveau Roi.

Nous avons fini la journée au Parc de Bruxelles qui était, évidemment, tassé comme jamais. Vers la fin de la journée, nous avions décidé de quitter le parc avant de rejoindre le Resto National, installé Place du Jeu de Balle. Au moment de quitter le parc, la foule s’est amassée et nous avons vite compris que le Roi et la Reine venait salué la foule. Et j’y étais !

Sauf que… je n’étais pas seule et surtout, mon mètre soixante-trois n’était visiblement pas suffisant derrière 4 rangées de papas musclés, surmonté de gamins dopés aux poulet aux hormones. Je ne les ai donc pas vu du tout. Dommage…

Les voila donc nos nouveaux souverains, avec leurs 4 enfants et surtout leur princesse héritière.

De la journée, je retiendrais :

 

  1. La jolie tenue des enfants et surtout la robe de la princesse Elisabeth, un poil différente de celle de sa petite sœur, pour faire plus sérieux ?
  2. L’élégante robe de la princesse Mathilde, que je n’aurais voulu porter pour rien au monde… Très jolie, mais la pauvre a du mourir de chaud…
  3. La mine dépitée du prince Laurent. Manifestement, le frero aurait préféré être ailleurs
  4. La mine encore plus dépitée de la princesse Astrid. Aurait-elle passé une mauvaise nuit ou espérait-elle encore, jusqu’à la dernière seconde, devenir la reine des belges ?
  5. La foule, si enthousiaste, si belge, si solidaire. Quelle bonheur !
  6. Le concert de Sandra Kim sur la Place du Grand Sablon
  7. Le chouette Moules Frites National en compagnie de nos amis sur la Place du Jeu de Bal
  8. Le feu d’artifice que nous n’avons pas bien vu faute de mauvais positionnement

Et vous, avez-vous suivi les dernières aventures royales des de Belgique ? Qu’avez-vous pensez de cette journée ?

2 COMMENTS

  1. Perso je n’ai absolument rien suivi de cette journée… je ne pense pas être royaliste mais je ne suis pas contre non plus. En fait, je pense que si nous n’étions plus un royaume, ça me ferait franchement bizarre ! bref, Philippe et Mathilde, ils me font quand même un peu rigoler quand ils portent, enfants compris, le même pull framboise… mais je les aime bien… ils me semblent être à l’image de la Belgique… dans ce qu’elle a de positif !

Laisser un commentaire