Flashback sur ma life du Dimanche – Semaine 22

1
79 vues

Cette semaine a été… pourrie. Je ne peux pas trouver d’autres mots, car il n’y en a pas. Oh bien-sûr, on peut toujours relativiser. Petit exercice dans lequel j’excelle. Oui, sauf que voila, quand c’est vraiment pourri, il faut, de temps à autre, pouvoir et se donner le droit de le reconnaître, histoire de permettre à son être d’avoir un peu pitié de soi. Bien-sûr, il y a toujours pire, toujours nettement moins bien loti, mais à force de se dire ça, on finit par tout accepter et on fini surtout par ne plus rien ressentir. Pire encore, on finit par ne plus faire face et surtout on ne réplique plus, on ne se bats plus et ça, ça ne va pas. Bon, fin du paragraphe psychologique auto-analytique.

Lundi

Ce lundi est probablement la journée la plus mouvementée de ma semaine.

Le matin, c’est la course. Pitchoun part pour 3 jours en classes de mer. Le bagage est prêt. Nous arrivons vers 8H à l’école histoire de ne surtout pas être en retour. Nous attendons sur la cours de recréation. Pitchoun est très mélangée entre : « chouette, je vais m’éclater avec mes copains à la mer du nord » et « elle va me manquer ma maman, je ne veux pas la lâcher ». Big, lui, ne peut pas nous accompagner. Il doit commencer à 8H et son fichu travaille n’offre aucune flexibilité. Vous comprendrez plus tard que ce que je viens d’écrire prendra tout son sens… L’instit vient nous dire que le bus nous attend plus loin, à l’église. Ce sont donc 3 classes d’élèves et de parents qui partent avec valises, trolley et autres bagages à pied pour rejoindre le bus 400 m plus loin. Elle monte dans le bus et la, mon cœur fait boum. C’est sure, elle va me manquer. Le bus part vers 9H00.

Je retourne vers ma voiture afin de me rendre au bureau pour… voter. Si, si. Nous devons nous exprimer sur l’acceptation ou non de notre plan de licenciement. En arrivant, je remplis rapidement mon devoir en prenant soin de prendre un selfie, car cette fois-ci, c’est autorisé. Plus tard dans la journée, nous apprenons que le plan est approuvé. Ouf, ça avance enfin.

Le soir, je regarde le journal et je regarde le résultat des élections. En gros, c’est comme d’hab. Y’a les résultats et puis après ils vont négocier. Oui, mais qui ? Ca c’est au roi de décider. Mais tout ça est très loin de moi. Je ne suis vraiment pas en forme. Je ne peux pas non plus appeler ma fille. Dure dure.

Dans l’actualité, il y a bien évidemment aussi le score du FN en France qui laisse tous le monde un peu KO. Je dois avouer ne pas trop comprendre l’intention de ces gens. Votent-ils sanction contre Hollande pour faire passer un message pensant qu’en faisant cela aux européennes, les dégâts seront limités ? Ou soutiennent-ils réellement les idées du FN ? Je ne sais pas. L’avenir de l’Europe me parait soudainement très sombre. Dommage !

Mardi

Journée de télé-travail. L’envie de retourner au bureau pour ne rien y faire commence à devenir difficile à trouver. En milieu de journée, surprise. Coup de fil de mon boss, que je n’avais plus vu/entendu depuis un long moment. Il m’explique qu’il va proposer le « garden leave » pour certaines personnes de l’équipe. Le garden leave c’est l’employeur nous signifie qu’il n’est plus obligatoire de se rendre au bureau, faute de travail à effectuer. Mon équipe et moi sommes concernés par cette mesure. Je suis partagée. Vraiment. Rationnellement, je sais qu’il n’y a plus que 2 ou 3 taches à accomplir. Mais émotionnellement, c’est l’angoisse. Depuis des semaines, je me sens comme Kate dans Titanic. La, j’ai l’impression d’avoir grimpé la barre à l’arrière du bateau avec Jack, c’est à dire mes collègues. La, on attend la descente finale. Je me rend compte aussi que je ne vais plus beaucoup voir mes collègues. Et la aussi, j’ai le cœur gros. Je les adore. Cette perte de boulot c’est plus une perte de ma deuxième famille. Quand je les vois, je me rend compte à quel point ils vont me manquer. Je me dis donc qu’il vaut mieux ne plus les voir. Je suis comme ça moi…

Au rayon bonnes nouvelles, je reçois ma commande Sephora et j’ai hâte de tester toutes ces merveilles !

sephora_768

Dans l’actualité, le roi désigne Bart De Wever comme informateur en vue de former un gouvernement fédéral. Il y a quelques années j’aurais fais des bons. La, je vais observer, mais cela ne me touche pas. Advienne que pourra.

On recherche aussi intensivement le tueur du Musée Juif à Bruxelles. Triste histoire. 4 personnes sont devenues les victimes innocentes d’un fou. Vraiment… encore quelque chose que je ne comprend pas. Ce que je comprends encore moins, c’est l’histoire de cette pauvre femme au Soudan. Enceinte, elle a été condamnée à mort pour ne pas avoir accepté de se convertir à l’Islam… La pauvre femme a accouchée. J’espère qu’un peu de bon sens pourra sauver cette personne et ainsi calmer un peu de cette folie humaine.

Mercredi

Pitchoun revient cette après-midi. Je pense donc passer une matinée tranquille mais c’est sans compter l’appel de Big. Vers 9H15, il me prévient qu’il est… viré. Et oui, lui aussi. Je panique. Ses accès sont coupés. Il peut rester la, mais ne peut plus travailler. S’en suit donc, une longue attente jusqu’à 14H ou sa responsable lui explique les motivations. Lorsqu’il m’en fait part, j’enrage car les motifs sont vraiment ridicules et fabriqués de toute part. On ne vire pas quelqu’un au bout de 17 ans de bons et loyaux services pour quelques minutes de retard (je parle de 1 ou 2 minutes) quelques fois par mois. Ca sent l’explication bidon à plein nez. Big est donc prié de rentrer et de ne revenir que le vendredi suivant afin d’aller se défendre auprès de son directeur général. Il est évident que tout ceci n’est qu’une mascarade. Bref, je suis dégoutée. Franchement.

En fin d’après-midi, je vais chercher Pitchoun. Forcément, le cœur est serré. Je ne lui dis pas pour son papa, mais à l’intérieur, je hurle, je pleurs. Mais je suis si heureuse de la retrouver. Un peu KO, mais elle a l’air heureuse de son court séjour. Elle se demande ou est son papa et moi, je ne peux pas lui expliquer pourquoi son papa n’est pas la. Putain la vie quoi ! (désolée)

Jeudi

Jour férié marqué par une profonde tristesse, un vide. Evidemment, je panique. Mon homme n’a plus de job… enfin jusqu’à nouvel ordre, mais cela m’étonnerait que la situation s’inverse.

Et moi non plus.

Je vais rester à la maison, certes, pouvoir prendre du temps pour moi, mais ce n’est pas voulu. Je n’ai tout simplement pas le choix. Et l’homme est dans la même situation. J’avais déjà du mal à assumer pour moi, mais la, Big en plus. Ca fait beaucoup.

Genre, tu crois que t’es au fond du trou, mais en fait non, y’a encore un étage bien plus bas…

Je suis donc assez triste toute la journée et j’ai du mal à bouger.

Nous finissons par aller faire un peu de Geocaching et malgré la marche assez intensive, j’y prend du plaisir. Je m’oxygène. Ca fait du bien. On a un peu du chercher pour trouver la cache. C’est moi qui l’ai trouvé et vu mon état d’estime de moi qui au ras du sol, je ne vous raconte pas le boost que cela m’a donné. Ce n’est qu’une boite, qu’un jeu, mais c’est moi qui l’ai trouvé. Histoire de me sentir un peu moins useless quoi… Fin de la journée. La Pitchoun va passer la nuit chez sa grand-mère. Je suis soulagée, car je me dis que je vais pouvoir un peu dormir le lendemain. Mais en même temps, elle me manque.

Vendredi

Hourah, j’ai dormi. Jusqu’à 9H30 pardi !

Avec Big, nous faisons quelques bricoles et allons manger chez My Italian Friends dont je vous ai parlé ici. Toujours un bonheur de manger là-bas. Journée calme sans plus. Le soir, je vais chercher ma petite puce chez sa grand-mère. Ravie de pouvoir la serrer dans mes bras.

Samedi

Toujours ce manque d’envie de bouger. Mais il faut bien se remuer un peu. Au matin, visite chez le veto. Le hamster de Pitchoun saigne de l’oreille 🙁 Décidemment, quand on a la poisse. Heureusement, selon lui, rien de bien grave. Il lui fait une piqure. Mais j’avoue ne pas être rassurée. La petite bête a déjà 2 ans et je ne pense pas que l’espérance de vie pour ces petits rongeurs soi beaucoup plus importante que ça. L’après-midi c’est un peu de farniente. Ca me fait du bien.

Dimanche

Aujourd’hui, départ matinal au magasin d’aquarium car Big a des besoins/envie pour alimenter son bac. Je ne vous le montre pas car il est en phase de montage. Je réalise à quel point mon homme a du mettre entre parenthèses cette passion de l’aquariophilie qu’est la sienne. Va falloir trouver une solution pour qu’on lui construise un joli bac dans un endroit plus sympa. Parce qu’il le vaut bien 😉

Voici une petite photo de quelques bestioles au magasin.

poissondor_768

Petit stop dans un KFC près de Leers en France et petite Geocache sur la frontière.

geocaching_350

Voila, ma semaine, bien pourrie donc. Désolée. Peu de photos. Pas eu trop envie d’en prendre et surtout pas le cœur à ça. Donc j’écris. Déjà ça soulage un peu.

Au programme de la semaine prochaine :

  • Lundi au journée au bureau pour une réunion du personnel. Je suppose qu’on va officiellement me signifier mon licenciement. Il était temps
  • Refaire mon CV et recommencer à solliciter histoire de trouver un job qui me plait. Je vais vite devenir dingue si je dois rester à la maison.
  • Une petite sortie blog : chouette 🙂
  • Etudier un peu : un projet dont je vous parlerais peut-être
  • Tenter de reprendre mon régime et mon linecoaching. Très difficile en cette période difficile.
  • Repenser à rendre visite à mon coiffeur. Ca fait plus d’un an. Boucles ou pas boucles, that is the question.
  • Retourner voir ma faiseuse de miracles chez Benefit. Elle, au moins, elle me boost le moral en quelques coups de pince à épiler !
  • Et surtout attendre les nouvelles pour l’avenir de Big. Jusque la, ce sera l’angoisse…

Et vous la semaine, c’était comment ? Un évènement qui vous a touché ? Au fait, vous l’aimez mon nouveau design ? J’ai eu envie de faire le ménage. Merci de me lire et à très vite !

1 COMMENT

  1. Coucou ! et bien, je ne m’attendais pas du tout à ça ! je comprends que tu sois stressée… étant passée par la case perte de boulot de l’homme, je sais que c’est super paniquant… comme tu dis, ça sent l’excuse bidon ! sinon, tu as quand même eu de chouettes moments cette semaine… c’est marrant, « on » m’a proposé une sortie blog ce mardi mais malheureusement, impossible pour moi d’être à Bruxelles en soirée pour cause de formation 🙁 Zut, ça m’aurait bien plu… des bizz et courage pour la semaine qui arrive 🙂

Laisser un commentaire