Le premier jour d’une nouvelle vie ?

2
97 vues

Hello à toutes et à tous. Désolée pour cette longue absence qui se justifie par un départ en vacances un peu précipité et beaucoup de choses à faire avant de partir.

Parmi les « choses à faire », il y avait mon dernier jour chez mon précédent employeur. Comme vous le savez, je suis victime d’un licenciement collectif et la date de fin de mon contrat avait été fixée au 31 Juillet 2014. Un choix de date qui ne m’a pas forcément fait plaisir puisque j’allais fêter mes 14 ans de service le 1er Août. Mais bon c’est comme ça.

A la base, j’avais prévu d’aller rendre mon badge et mon ordi le lundi 28 Juillet car trop de choses à préparer avant de partir. Mais comme nous avons décalé le départ de 1 jour et comme la grande majorité de mes collègues allaient faire leurs adieux le 31 Juillet, j’ai décidé de faire pareil finalement.

Mon choix d’u lundi était aussi un peu orienté par le fait que je n’avais pas envie de faire face à tous ces départs. Je suis du genre à discrètement filer par la porte de derrière en laissant un mot sur la table. Les adieux déchirants en live, ça fait trop mal.

Mais j’y ai été quand-même et ça a fait vachement mal. J’ai du dire « au revoir » à des gens avec qui j’ai tout vécu. Et que je ne reverrais probablement pas ou très peu. Dure dure. J’ai versé une larme, une grosse car ils vont me manquer mes copains. Mais bon, c’est la vie. Et puis, j’ai eu le temps de faire mon deuil non ? Non…

Le 31 Juillet, il fallait aussi faire les bagages pour un départ le 1er Aout pour la Floride ! Yes, enfin, à nous les USA, Mickey, Donald, Shamu et tout ça… C’était super, je vous prépare un (ou plusieurs) articles sur le sujet.

La, nous sommes revenus, un peu fatigués. Ca vous use une famille la Floride. Et demain, je dois me rendre pour une journée « Welcome » chez mon nouvel employeur.

Et la, évidemment, c’est le drame. Enfin, pas tout à fait. Juste la grosse panique et la boule au ventre. En gros, demain, c’est pour faire connaissance, les valeurs, les façons de travailler, tout ça. Je ne pense pas que demain, on attendra des choses de moi. Mais quand-même, le stress monte. Il faut dire que je ne suis plus « dans le circuit » depuis de nombreuses semaines et à force de ne rien faire, on devient feneant.

Il y a la nostalgie aussi, car il n’y a pas que du mauvais dans « ne rien faire ». C’est sûre, « ne rien faire » ce n’est définitivement pas mon truc, mais j’ai pu en apprécier certains aspects. Ne pas constamment courir après le temps. Avoir du temps pour ma fille, mon homme. Se préoccuper de choses plus simples. Se dire qu’il faudrait vraiment faire des travaux dans la maison. Bref, des trucs normaux quoi.

Mais bon, la demain, c’est le jour zéro de ma nouvelle carrière. Et puis après cela, il me restera 5 jours pour profiter de ce statut de demandeuse d’emploi non rémunérée ou plutot rentière de très courte durée, avant de définitivement me lancer dans l’arène lundi prochain !

Vous croisez les doigts pour moi ?

2 COMMENTS

  1. Cool !!! Je me demandais justement comment ça se passait pour toi !!! Je t’envoie plein d’encouragements virtuels pour tantôt !!! Et vivement les billets sur ton voyage 🙂 des bizz

Laisser un commentaire