Le Jour ou les britanniques ont décidés que seul c’est mieux…

0
207 vues

Je reprend ma plume après une semaine de vacances bien méritée. J’étais crevée et j’avais juste besoin de ne rien faire. Vous l’avez constaté, j’ai tripatouillé mon blog cette semaine et mon nouveau thème commence à prendre forme.

Les circonstances qui font que je publie ce post aujourd’hui sont réellement graves. En effet, les britanniques ont décidé d’organiser un referendum sur le maintien ou non du Pays dans l’Union Européenne. Et aujourd’hui, le réveil est dure. Les britanniques ont effet voté la sortie. Non pas massivement. 52% contre 48% mais le résultat est sans équivoque. Les britanniques ne veulent plus faire partie de l’Union Européenne. 

Depuis des mois, on en parle. De cette campagne qui fait rage de l’autre côté de la manche. De ces gens qui estiment que l’Europe ne permets pas à ces pays membres de se déployer comme il se doit. De ces gens qui trouvent que seul, c’est mieux. J’avoue, je ne sais pas. Ma logique économique me fait penser que non, seul, ce n’est pas mieux. Que les avantages du groupe sont évidents mais que le groupe doit être bien géré. Qu’une Europe sans constitution n’est pas crédible. Qu’une Europe composée d’états souverains mais chapeautée par un groupe de dirigeants est indispensable. Certes, ce sont mes idées. Je les assume et je ne prétend certainement pas êtes une experte en la matière. Loin de la.

Mais la, c’est un peu le coup de massue.

Ce sont les britanniques vivant en dehors des grandes agglomérations qui ont fait ce choix. Choix que je respecte évidemment, mais choix que je ne comprend pas. Ici, il s’agit clairement du choix du NIMBY = Not in My Back Yard. Ce qu’il se passe ailleurs ne doit pas me toucher… Oui mais voila, chers britanniques, vous faites vous aussi partie d’un monde. Et de ce point de vue la, votre choix, je ne le comprend pas.

Que l’Europe soit mal dirigée, je ne peux absolument pas le nier. Mais cette mauvaise gestion est le résultat d’un empilage de compromis de gens qui ne veulent pas qu’on touche à leur petit confort. Ah oui, mais pour aller de l’avant, il faut parfois prendre des risques. Et je suis convaincue que c’est une question de survie. Il suffit de regarder autour de soi. l’Europe est entourée de grands états : La Russie, la Chine, les Etats-Unis, l’Inde… Comment voulez-vous survivre dans un monde ou l’heure est à la consolidation. Et je ne parle même pas des évolutions futures qui pourraient encore se dessiner. Certes, il ne faut pas perdre sa nationalité, sa spécificité et je ne pense pas que ce soit le cas des Californiens ou des habitants de Louisiane. Mais la aujourd’hui, les Etats ne peuvent pas évoluer dans ce monde. La Grande Bretagne, l’Allemagne ou la même la France sont trop petits pour faire face seule aux géants du reste de la planète. Et la façon de s’en protéger et de former une Europe forte. De s’accorder entres nous. De continuer à fonctionner avec une monnaie unique. D’abolir les frontières (mais pas la sécurité !). D’établir une politique fiscale unique en Europe, une politique de travail unique. De continuer à faire des échanges d’étudiants, de travailleurs, de marchandises,… Hélas la, c’est la Tour de Babel. Et je pense que tous le monde sait ce qu’il s’est passé…

Bref, j’estime que la richesse de l’Europe est faite de la composition de pays tous plus extraordinaires les uns que les autres. Et plus que tout, l’Union fait la Force !

En espérant que tout ceci ne soit qu’un terrible cauchemar et en espérant qu’une solution soit trouvée à tout ceci. C’est un référendum et ce n’est pas encore fait. Donnons à l’avenir toutes ces chances.

Et vous, vous en pensez quoi de ce résultat du vote des britanniques ? Pour ou contre l’Europe ?

1 COMMENT

Laisser un commentaire